les éco-gestes au bureau et au travail

4 éco-gestes à adopter au bureau

Si vous lisez cet article, il est fort probable que vous ou vos collaborateurs passiez la majeure partie de votre journée de travail dans un bureau. 

Les éco-gestes sont devenus un automatisme dans notre quotidien à la maison.

Avec la crise climatique, il reste néanmoins encore quelques progrès à faire sur son lieu de travail pour que chacun puisse avoir un réel impact dans son entreprise.

Voici 4 conseils simples pour rendre votre bureau un peu plus vert et tendre davantage vers l’éco-responsabilité.

Qu’est-ce qu’un éco-geste au travail ?

Au travail, comme à la maison, un éco-geste est une action simple du quotidien que chacun peut prendre à titre individuel et / ou collectif pour minimiser son impact sur l’environnement et la préservation des ressources.

1 – Repenser ses déplacements pour lutter contre la pollution

Quand on parle de transport, on pense dans un premier temps aux trajets domicile-travail.

Pour réduire la pollution, on peut par exemple recourir au covoiturage ou aux transports en commun. Et puis on n’oublie pas le vélo ou les pieds quand son bureau n’est vraiment pas loin de chez soi !

Et le télétravail, y avez-vous pensé ?

Depuis la crise du Covid le télétravail a émergé dans les entreprises. Plusieurs d’entre elles ont signé des conventions pour cadrer ce nouveau mode de travail et l’instaurer de manière pérenne dans les entreprises.

2 – Éteignez les lumières lorsque vous partez

Conseil qui paraît tout bête et pourtant… N’avez-vous jamais éteint la lampe d’un collègue de bureau qui était parti à une réunion ou avait simplement fini sa journée ?

Une étude a révélé que le fait d’éteindre les lumières réduit la consommation d’énergie jusqu’à 70 % ! En éteignant les lumières lorsque vous partez, vous réduisez l’empreinte carbone de votre entreprise. Même si cet impact peut sembler minime, il peut faire une énorme différence sur le long terme.

Alors, s’il y a bien un éco-geste à adopter au bureau, c’est celui-ci !

3 – Utilisez des produits réutilisables

Un autre moyen facile de renforcer votre impact écologique à votre bureau est d’utiliser davantage d’articles réutilisables.

C’est un éco-geste que vous pouvez adopter à titre individuel, mais qui peuvent aussi être impulsés par votre entreprise :

  • Fournitures de bureau : privilégiez par exemple du papier recyclé.
  • À la salle de repos ou en réunion : remplacez les bouteilles et gobelets en plastique par des carafes et des gobelets en carton. Chacun peut aussi emmener son propre mug.
  • Nettoyage : utilisez des lingettes réutilisables pour nettoyer votre bureau au lieu des lingettes jetables.

4- Trier les déchets

La majorité des déchets au bureau concerne le papier. Aujourd’hui, un employé français produit en moyenne 80 kg de déchets papier par an.

Le 1er éco-geste à adopter au bureau serait de réduire sa consommation de papier :

  • Limitez l’impression uniquement aux documents nécessaires ;
  • privilégiez le mode recto verso ou l’impression 2 pages sur 1 pour limiter le nombre de feuilles ;
  • dématérialisez les documents administratifs ;

En utilisant moins de papier et en encourageant vos collègues à faire de même, vous pouvez avoir une influence importante sur l’impact écologique de votre entreprise.

Une fois votre consommation réduite, le 2ᵉ éco-geste à adopter au bureau vis-à-vis des déchets consiste à les trier.

Le meilleur moyen pour faciliter les consignes de tri sélectif est de créer un environnement favorable avec :

.

Comme nous l’avons vu, tous ces éco-gestes au bureau sont à la portée de tous.

En apportant simplement quelques petits changements à votre mode de vie, vous pouvez avoir un impact important sur l’impact écologique de votre entreprise.

Poubelle pour hôtels, gîtes et spas

Quelle alternative aux poubelles plastiques pour les hôtels, spas et gîtes ?

Les hôtels, les spas et les gîtes sont des structures qui reçoivent chaque jour des clients. Ces derniers sont souvent amenés à utiliser des corbeilles plastiques mises à disposition dans ces lieux (pièces communes, chambres ou salles de bains).

Qui dit poubelle plastique, dit problème en termes d’image de marque ou de design, mais aussi problème en termes de préoccupation environnementale

Et aujourd’hui, les clients sont de plus en plus attentifs à l’environnement, à la gestion des déchets, aux matériaux utilisés…

Alors, quelle est la meilleure alternative aux poubelles plastiques pour les hôtels, spas et gîtes ?

Les inconvénients des poubelles plastiques pour les hôtels, spas et gîtes

Les poubelles en plastique sont problématiques vis-à-vis de l’environnement, mais pas que !

Les hôtels, les gîtes et les spas sont directement concernés par ce problème.

En effet, les inconvénients sont multiples :

  • Coût élevé pour les hôtels, spas et gîtes.
  • Nécessité de les changer régulièrement afin d’éviter la propagation de microbes.
  • Risque d’incendie ou de dégradation lié à une mauvaise manipulation.
  • Possibilité de pollution due à la production du plastique.
  • Image parfois bas de gamme
  • Solidité parfois mise à rude épreuve selon la qualité du plastique

La poubelle bois, l’alternative aux poubelles plastiques dans les hôtels, spas et gîtes

La meilleure solution pour remplacer ses poubelles ou corbeilles en plastiques sont les poubelles en bois.
Leurs avantages sont nombreux :

  • Réduction du coût : Les poubelles en bois durent plus longtemps qu’une corbeille en plastique. Leur utilisation se fait sur une longue période qui vous permet de rationaliser le budget initial à investir.
  • Les poubelles en bois sont également plus écologiques que les autres. Elles sont conçues et fabriquées avec des matériaux naturels et biodégradables comme les bornes de tri sélectif Distribel ou les meubles panier à linge.
  • Les poubelles en bois peuvent être facilement manipulées.
  • Avantage non négligeable et appréciable par tous, les poubelles en bois sont plus élégantes, comme par exemple les poubelles design en bois Distribel.

Elles adoptent des formes fines et design et s’intègrent parfaitement dans sune ambiance plus luxueuse ou cocooning des hôtes, spas et gîtes..

  • Facilité d’entretien : Les poubelles en bois sont faciles à nettoyer et ne nécessitent pas d’entretien particulier.

Comment choisir une poubelle en bois pour votre hôtel, gîte ou spa ?

Convaincus par la poubelle en bois ? Maintenant, il ne vous reste plus qu’à la choisir.
Nous vous guidons dans votre décision d’achat.

1. La forme

Pensez à la forme de votre poubelle pour votre hôtel, gîte ou spa. Vous trouverez sur le marché des poubelles en bois rondes, carrées, rectangulaires ou encore ovales. Choisissez celle qui convient le mieux à l’espace de votre hôtel, gîte ou spa.

2. Le fond et la base

Le fond et la base se déclinent en différents matériaux comme : le plastique, le bois ou encore le métal. Le plastique est le plus utilisé des trois matériaux. Cependant, la poubelle en bois ou en métal sont plus résistantes.

3. Les dimensions

La taille est aussi très importante dans la sélection de votre poubelle pour votre hôtel, gîte ou spa. En effet, il y a de grandes différences de taille entre les modèles de poubelles que vous trouverez sur le marché. 

Il est important de prendre en considération la taille de la salle de bain, du restaurant ou du spa pour sélectionner votre poubelle. Mais aussi évaluer la quantité de déchets.

Si vous souhaitez soigner l’image de votre hôtel, gîte ou spa, vous aurez compris que la poubelle en bois reste la meilleure alternative pour des questions environnementales et d’élégance.

Vous désirez en savoir plus sur nos modèles bois et métal ?  N’hésitez pas à nous contacter et à nous demander conseil.

RSE et environnement

RSE et environnement : quel lien pour les entreprises ?

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à intégrer la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) dans leurs activités et à se tourner vers les enjeux environnementaux. Or, quelques-unes d’entre elles vont plus loin en adoptant une démarche de développement durable.
Cette démarche est-elle toujours en phase avec les préoccupations environnementales grandissantes ?

Qu’est-ce que la RSE ?

La RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) est un concept qui a été développé dans les années 1980 et se base sur le respect de l’intérêt public, du bien-être du personnel et de l’environnement.

Elle a été mise en place pour répondre aux défis lancés par des organisations d’entreprises qui souhaitent développer leurs activités en prenant en compte les besoins du monde entier.

La RSE est-elle vraiment en phase avec les nouvelles tendances de la défense de l’environnement ?

Dans le cadre du développement durable, l’environnement est un enjeu majeur qui nécessite une approche globale pour se prémunir des effets néfastes de nos activités sur l’environnement. 

Un certain nombre de préoccupations liées à la RSE sont en phase avec les tendances du développement durable, et notamment les notions d’innovation, de ressources humaines, le rôle des entreprises, la réduction des émissions de CO2 ou encore la prise de conscience de la population en général.

L’innovation représente l’un des éléments clés du développement durable

L’innovation permet d’acquérir une plus grande connaissance sur les effets de nos activités sur l’environnement, et de prendre des mesures qui permettent de réduire leurs impacts.

En effet, « toutes les activités humaines sont susceptibles d’avoir un impact sur l’environnement. Toutefois, en suivant les principes fondamentaux du développement durable, il est possible d’améliorer ces effets néfastes de nos activités sur l’environnement”.

Développement durable : un enjeu pour les ressources humaines

Du côté des ressources humaines, le développement durable est aussi un enjeu majeur. En effet, le maintien du capital humain dans l’entreprise est essentiel pour la RSE et le succès de l’entreprise.

De plus, les compétences des salariés sont à considérer au même titre que les matières premières qui entrent dans la composition des produits.

Toute entreprise doit donc investir dans la formation pour contribuer à la préservation du capital humain et à la compétitivité de l’entreprise.

Un enjeu stratégique pour les entreprises

Le développement durable est également un enjeu majeur et parfois stratégique pour les entreprises. En effet, elles se doivent d’être exemplaires dans ce domaine et de montrer comme leurs actions sont bénéfiques pour la société. 

2. La RSE, un modèle à suivre pour la défense de l’environnement ?

La RSE constitue un modèle à suivre pour la défense de l’environnement.

En effet, le développement durable n’est pas seulement un sujet économique et social, mais aussi un enjeu environnemental. Les entreprises ont profité de la crise pour mettre en place des mesures en faveur du développement durable. 

Elles ont aussi compris que leurs activités avaient un impact sur l’environnement et qu’il est possible d’améliorer cet impact.

Les entreprises ont dû mettre en place des objectifs environnementaux qui ont permis de revoir leurs pratiques et ont aussi participé à la création de nouvelles technologies.

En plus des mesures prises par les entreprises, la RSE a aussi permis de développer un environnement favorable à un développement durable. Les entreprises s’engagent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, à consommer moins d’eau, à recycler leurs déchets… 

Pour conclure, la RSE permet de s’engager dans le développement durable et a donc permis à de nombreuses entreprises de devenir plus engagées dans la protection de l’environnement. Donc, oui, RSE et environnement sont bien liés.

tri des déchets dans les hôtels

4 actions concrètes pour inciter vos clients à trier leurs déchets dans votre hôtel

Les consommateurs sont prêts à réduire leur empreinte écologique, mais ils attendent des signaux de la part des entreprises.
C’est ce que révèle l’enquête  « Le client responsable » réalisée en 2010 par le cabinet de conseil et d’ingénierie en développement durable ECOSYSTÈMES auprès d’entreprises de différents secteurs  (restauration, hôtellerie, agroalimentaire)

Afin de minimiser votre impact sur l’environnement et inciter vos clients à trier leurs déchets dans votre hôtel, voici alors 4 actions à mettre en place.

1. Trouver des alternatives au papier et aux bouteilles d’eau

Le papier et les bouteilles d’eau en plastique peuvent constituer les déchets les plus nombreux dans les hôtels de tourisme.

Trouvez des alternatives aux bouteilles en plastique ! D’autant plus que les clients sont déjà sensibilisés aux bouteilles en plastique dans leur quotidien.

Renseignez-vous auprès de vos fournisseurs, de vos fournisseurs en eau ou, à défaut, faites des recherches sur Internet.

Pour le papier, c’est un peu plus compliqué de trouver des alternatives à la fois pratiques et bonnes pour l’environnement. 

Vous mettez à disposition des bloc-notes ou des enveloppes dans les chambres ?
Achetez alors des fournitures à base de papier recyclé  Et sensibilisez vos clients à la juste utilisation de ces produits.

2. Faire en sorte que les clients puissent trier facilement leurs déchets

En général, le tri des déchets fait partie de la politique de l’hôtel. En tout cas, il devrait y avoir des bacs ou des poubelles adaptées au tri pour les différents types de déchets (papier, verre, plastique, aluminium, piles…).
Et ce, à l’entrée des chambres, à la réception et/ou dans la cuisine. Il est important que les clients puissent trier facilement leurs déchets et qu’ils soient encouragés à le faire.

 Si vous avez peur d’installer des poubelles de tri qui nuiraient au standing de votre hôtel, n’hésitez pas à vous tourner vers des bornes de tri sélectif design qui s’intègrent parfaitement dans les établissements les plus luxueux.

3. Créer un petit guide de communication pour inciter les clients à trier leurs déchets

Les clients ne sont pas toujours au courant des bons gestes qu’il faut suivre.

C’est pourquoi vous pouvez leur donner un petit guide à l’accueil avec des explications sur le tri.
Et pourquoi pas inclure un plan de votre hôtel indiquant l’emplacement de vos conteneurs !

Vous pouvez aussi leur envoyer quelques informations dès la confirmation de réservation de leur chambre en leur expliquant votre démarche pour l’environnement.

4. Veiller à ce que les chambres soient bien équipées

C’est encore une action peu coûteuse, mais qui peut être jouée à fond !

Aménagez, dans les chambres de votre hôtel, des contenants pour les différents déchets..

Pour limiter la production de déchets, quelques bonnes pratiques sont de plus en plus répandues, comme par exemple :

  • l’installation de distributeurs de savon et de détergent dans les chambres,
  • la mise à disposition de produits d’hygiène écologiques,
  • la fourniture de bouteilles d’eau en verre, en consigne,
  • la limitation des portions individuelles pour réduire les emballages
  • ….

Ces 4 actions peuvent paraître basiques, mais sont néanmoins incontournables pour inciter les clients à trier tous leurs déchets dans votre établissement hôtelier.

Elles peuvent aussi être reprises pour sensibiliser le personnel de l’hôtel, car le tri concerne tout le monde !

Entreprise : réussir sa communication sur le tri des déchets

Les 4 clefs pour réussir sa communication sur le tri des déchets en entreprise

La communication sur le tri des déchets est avant tout un enjeu de sensibilisation. En effet, parler de tri et de recyclage est souvent perçu comme un “truc de bobo”.
L’adoption de la communication sur le tri par les entreprises est donc un bon moyen d’associer le concept à une image plus positive. Surtout si votre entreprise est engagée dans une démarche RSE.

L’intérêt de la communication sur le tri des déchets est qu’elle permet de valoriser les initiatives et les politiques mises en place pour réduire leur impact sur l’environnement. Cependant, cette communication nécessite un minimum de préparation et de concertation au sein de l’entreprise, car elle doit être cohérente et partagée.

1. Réaliser un audit de la communication sur le tri des déchets

Les entreprises doivent avant tout savoir ce qu’elles font pour lutter contre l’impact de leurs déchets sur l’environnement. Pour ce faire, il est nécessaire de mener un audit de la communication sur le tri des déchets dans l’entreprise.

Cet audit peut être réalisé par un expert extérieur ou une personne interne à l’entreprise. Il permet de connaître la situation de votre entreprise, d’identifier ses besoins et ses objectifs, et d’envisager un plan d’action.

L’audit de la communication sur le tri des déchets répond à cinq questions :

  • Quelle est la situation de l’entreprise au regard de son impact sur l’environnement ?
  • Quelles sont les démarches de communication déjà mises en place ? À quoi servent-elles ? Qui sont les cibles visées ?
  • Quelles sont les lacunes et les insuffisances de cette communication ?
  • Quelles actions concrètes doivent être mises en place ?
  • Quel est le calendrier des actions à mettre en œuvre ?

La communication sur le tri des déchets doit viser les clients et les partenaires de l’entreprise, mais aussi les salariés.

2. Adapter la communication sur le tri des déchets à vos besoins et vos cibles

Même si le principe de la communication sur le tri des déchets reste identique dans toutes les entreprises, les objectifs et les moyens ne sont pas les mêmes.

Pour mettre en place une communication sur le tri des déchets adaptée à votre entreprise, il existe quatre grands axes :

  • La prévention : il s’agit de faire comprendre aux salariés que le tri est fondamental pour la qualité de l’air dans l’entreprise et dans le quartier, par exemple.
  • La responsabilisation : il s’agit d’expliquer les conséquences du mauvais tri des déchets et de développer les comportements responsables en redonnant les consignes de tri.
  • La valorisation : il s’agit de montrer les bénéfices des pratiques de tri, de revaloriser la fonction « tri » et de faire participer les salariés à leur mise en œuvre.
  • La communication : il s’agit de diffuser les messages sur le tri et d’accompagner les salariés dans la mise en œuvre.

3. Former les salariés à la communication sur le tri

La communication sur le tri des déchets n’a pas la même importance dans toutes les entreprises. Si le tri fait partie intégrante de votre stratégie, il est alors indispensable de former vos salariés à la communication sur le tri des déchets. 

Cela peut être réalisé par un encadrement interne, mais aussi par l’intermédiaire de particuliers extérieurs à l’entreprise.

En effet, certains salariés ont du mal à maîtriser le sujet du tri des déchets. Ils se sentent démunis face aux questions de leurs collègues ou de leur hiérarchie sur les déchets recyclables ou non recyclables, par exemple.

On peut par exemple entendre : « Je ne sais pas réellement comment trier les déchets selon la loi. Je sais le faire, mais cela me prend beaucoup de temps ». Il est donc important de former ces salariés pour qu’ils acquièrent les bonnes connaissances.
Pour aller plus loin sur ce sujet, parcourez notre article “Quels déchets doit-on trier au bureau ?

Le but est de rendre les salariés acteurs du tri en leur expliquant que c’est un enjeu sociétal. Il est important de leur faire comprendre que l’entreprise peut être perçue comme un exemple dans la collectivité et qu’ils ont un rôle important à jouer pour la promotion du tri.

4. Les outils de communication nécessaires

Une fois que les salariés sont formés, il est important de les sensibiliser aux problématiques du tri des déchets. Il faut leur communiquer au plus vite les informations qui y sont liées.

Ils sont en général très demandeurs d’informations et ils peuvent avoir le sentiment que l’entreprise n’a pas assez communiqué sur la question.

Quelle est alors la meilleure façon de communiquer sur le tri des déchets ?

Il est fondamental de développer une communication sur le tri des déchets qui soit le plus éducative possible. Cela permet de s’adresser aux salariés et à l’entreprise tout entière.

Les messages doivent être simples, concrets et positifs. Ils doivent être mis en avant dans l’entreprise de différentes manières : affichés sur les murs, insérés dans les bulletins de paie…

Il faut faire preuve d’imagination pour pousser les salariés à trier et à être le plus impliqués possible.

Vous avez toutes les clés en main pour réussir une bonne communication sur le tri des déchets en entreprise.
N’oubliez pas à la fin de la première année de réaliser un bilan pour voir si les objectifs ont été atteints. Et également faire le point sur la perception du tri. Que pense-t-on du tri dans l’entreprise ? Pourquoi a-t-il été mis en place ? Quel est le rôle du tri ? Par qui a-t-il été mis en place ? Quels sont les bénéfices du tri ? Qu’est-ce qui ne fonctionne pas ? Qu’est-ce qui peut être amélioré ?

choisir son panier à linge sale

Comme choisir son panier à linge sale ?

Le panier à linge sale est un élément de la salle de bains ou de la buanderie qui est souvent négligé, voire oublié. Habituellement, il est vu comme un simple contenant destiné au transport de ses vêtements pour faire sa lessive.

Pourtant, il en constitue une pièce incontournable.

Il peut même être une vraie source d’inspiration pour l’aménagement intérieur de ces pièces. C’est pourquoi il faut prendre le temps de bien choisir le modèle de corbeille à linge qui vous convient. En effet, ses qualités techniques ne sont pas les mêmes que celles d’un tiroir de rangement.

Pour vous aider dans votre choix, nous vous proposons un guide en 3 étapes.

1. Les différents types de paniers pour le linge sale

Vous êtes-vous déjà posé cette question : quel panier à linge sale choisir ? Peut-être pas…

Toutefois, il existe différents types de paniers à linge, avec un ou plusieurs compartiments. Selon les besoins qui sont les vôtres, il ne vous restera plus qu’à faire le bon choix !

Les paniers à linge avec poignée

Les paniers à linge de salle de bain avec poignée bénéficient d’un poids léger et d’une capacité limitée. Cela permettra aux utilisateurs d’accéder facilement à l’intérieur du panier. Il a aussi l’avantage de pouvoir être déplacé facilement jusqu’à la machine à laver. Cela sera plus pratique que si vous avez opté pour un modèle à roulettes, par exemple.

Les paniers à linge en osier

Les paniers à linge en osier sont les plus classiques. Ils sont fabriqués en bois et sont très résistants. Vous pouvez les utiliser dans toutes les pièces de la maison, mais également à l’extérieur. En effet, ils ne rouilleront pas ou ne pourriront pas. Il est nécessaire de les nettoyer parfois avec un chiffon humide.

Les paniers à linge en plastique

Les paniers à linge en plastique ou les paniers de rangement en plastique sont les moins chers. Ils sont très pratiques et ne nécessitent pas beaucoup d’entretien. Pour enlever la poussière, il suffit quelques fois d’un coup de chiffon.

Cependant, ils peuvent se dégrader avec le temps. Vous pourrez les utiliser dans l’intérieur de la maison. De plus, il existe des modèles qui sont prévus pour être utilisés à l’extérieur.

Les paniers à linge en bois

Les paniers à linge en bois sont les plus résistants donc plus durables dans le temps.

Ils peuvent supporter un poids considérable. Cela permet d’y mettre tous les types de linge. De plus, ils sont très faciles à nettoyer. Vous n’aurez qu’à passer au chiffon humide.

Et les paniers à linge en bois sont aussi souvent plus design, comme par exemple le meuble à linge 1884  (et en plus d’être esthétique, ce modèle est très pratique grâce à son sac à linge en tissu qui évite de le déplacer jusqu’au lieu de lavage !)

Ce type de meuble s’intègre donc parfaitement dans votre décoration intérieure.

2. Les critères à prendre en compte bien choisir son panier à linge

Comme nous l’avons vu, il existe de nombreux modèles de panier à linge. Il est donc important de bien choisir le modèle qui correspondra le plus à vos besoins.

Le choix en fonction de la surface de la pièce

Si vous avez une petite surface, il est préférable de choisir un modèle compact. C’est-à-dire qui ne prend pas beaucoup d’espace. De plus, si vous voulez le placer dans votre salle de bain, il  est important de choisir un modèle qui n’est pas trop encombrant.

Le choix en fonction de son emplacement

Le choix du type de panier à linge doit aussi être fait en fonction de son emplacement : chambre, salle de bains, buanderie, couloir…

Si vous souhaitez le mettre dans votre salle de bain, vous pourrez opter pour un modèle posé au sol ou à poser sur la machine à laver.

Si vous souhaitez le placer dans votre chambre, il est préférable de choisir un panier à linge plus design.

La capacité du panier à linge sale

La capacité du panier à linge est un élément essentiel à prendre en considération.

Et là, tout dépend de la composition de votre foyer familial et de la fréquence des lessives.

Si vous avez une famille nombreuse, il est impératif d’investir dans plusieurs corbeilles ou panier à linge sale.

Cependant, si vous êtes seul(e), une corbeille à linge pourra suffire.

Esthétique, robuste, à paniers multiples, à poignée, panier à linge pliable… Le marché du panier à linge regorge de produits répondant à différents besoins. Il n’est pas toujours facile de faire son choix.

Vous savez maintenant quels sont les critères à prendre compte pour investir de manière durale.

Savoir si un produit est recyclable

Comment savoir si un produit est recyclable ou non ?

Le casse-tête du recyclage, vous connaissez ?

Vous vous êtes certainement déjà retrouvé devant votre poubelle en vous demandant si le flacon vide que vous teniez dans les mains était recyclable ou non ?
Avouons que l’on peut parfois s’y perdre dans le tri des déchets…

Alors, nous vous proposons de faire le tour des règles pour savoir si un produit est recyclable ou pas.

Qu’est-ce qu’un produit recyclable ?

Le recyclage consiste à traiter les déchets afin d’en retirer de nouvelles ressources.
Quand on parle de matériaux recyclables, on parle des métaux, du plastique, du verre, du carton, du papier…

Un produit recyclable sera donc un produit qui pourra être trié et valorisé.
Avec à la clé tous les bénéfices que l’on peut connaître du recyclage : préservation des ressources naturelles, limite du gaspillage, création d’emplois avec le développement de filières dédiées…

Comment identifier un produit recyclable d’un produit non recyclable ?

La réponse est simple : en lisant les étiquettes !

Mais encore faut-il pouvoir les décrypter et surtout différencier les pictogrammes apposés dessus.

Effectivement, pour aider et inciter au tri des ordures ménagères, des symboles figurent sur les emballages de nos produits du quotidien (produits alimentaires et non alimentaires).

Cet article est ainsi l’occasion pour nous de faire le point sur l’ensemble des pictogrammes à notre disposition.

Le ruban de Möbius

ruban de mobius

Sans doute le symbole le plus connu !
La boucle de Möbius, est aussi appelée anneau de Möbius et été créée en 1970.  Ce pictogramme signifie que l’emballage ou le produit est recyclable ou valorisable.

Point Vert 

Point vert

Contrairement à certaines idées reçues, ce symbole n’est pas synonyme de “recyclable”. Il signifie juste que le fabricant de l’emballage en question verse une redevance auprès d’Eco-Emballage.

Et si ce pictogramme est en noir et blanc avec un pourcentage en son centre, cela indique que le produit contient des matériaux recyclés

Tidy Man

Tidy man

Le Tidy Man est plutôt un symbole utilisé pour rappeler aux utilisateurs l’importance de jeter leurs déchets dans une poubelle. Juste une question de bon sens, mais ça va mieux en le disant, ou en montrant !

Poubelle Barrée 

Ce pictogramme signifie que le déchet ne peut être jeté dans sa poubelle classique. Il doit être déposé dans un point de collecte spécifique. Vous retrouverez ce symbole sur les ampoules par exemple.
Pour en savoir plus sur les déchets concernés, nous vous conseillons la lecture de cet article : Quel déchet ne faut-il jamais jeter à la poubelle ?

Triman

Le logo Triman est entré en vigueur en janvier 2015 sur tous les produits ou emballages recyclables, hormis le verre. Il signifie que le produit doit être trié pour être recyclé (tri à la maison ou dans un point de collecte).

Plastique PET, PEHD, PVC …

Ce triangle avec un numéro donne une idée de composition de l’emballage en plastique. On peut retrouver une numérotation de 1 à 7 qui correspond aux différents types de plastique.

Verre recyclable

Si ce pictogramme s’affiche sur un contenant en verre (bouteille, bocal…), cela signifie que le verre est recyclable.

Aluminium recyclable

Ce symbole est utilisé pour les produits et emballages en aluminium qui doivent être recyclés.

Acier recyclable

L’acier est à 100% recyclable !
Comme pour l’aluminium, les produits avec ce symbole, composés d’acier, sont recyclables.

Vous savez maintenant reconnaître un produit recyclable d’un produit non recyclable.
Alors avant de jeter un produit ou en emballage à la poubelle, pensez à bien vérifier son étiquette.
Qu’ils soient un guide dans nos actions ou une incitation à effectuer les bons gestes, les pictogrammes qui figurent dessus sont là pour nous aiguiller dans notre quotidien !

Quel déchet ne faut-il jamais jeter à la poubelle ?

Quel déchet ne faut-il jamais jeter à la poubelle ?

Dans nos articles précédents, nous avons souvent abordé la problématique du tri des ordures ménagères, voire des différents déchets en entreprise.
Par exemple quels déchets doit-on trier au bureau ou encore dernièrement quels déchets dans la poubelle jaune.

Mais tout déchet ménager n’est pas bon à jeter à la poubelle, même dans une poubelle de tri sélectif ! Pour une raison de recyclage bien sûr, mais aussi pour préserver l’environnement.

Dans ce nouvel article, nous vous proposons de faire le tour des déchets qu’il ne faut jamais jeter à la poubelle.

Les appareils et accessoires électriques 

Un grille-pain cassé ? Une bouilloire vieillissante ? Des piles ou ampoules usagées ?

Ce type de matériel ne se jette pas dans une poubelle de tri, mais se dépose à la déchetterie. Ou à défaut dans des bacs à l’entrée des supermarchés ou hypermarchés pour les piles et ampoules.

En effet, des composants dangereux peuvent nuire à la qualité des sols s’ils sont dispersés dans la nature.

Pensez également à déposer vos appareils endommagés dans des recycleries ou des associations qui proposent de les remettre en état pour leur donner une seconde vie.

Vous ferez des heureux !

Le verre 

Au même titre que le carton, le verre (bouteilles et bocaux) se recycle et se jette dans son conteneur dédié (bac vert). C’est d’ailleurs le matériau recyclable à 100%, alors pourquoi s’en priver ?

Le verre n’a pas besoin d’être lavé. Il suffit juste de penser à enlever le couvercle en métal ou en plastique avant de s’en débarrasser.
Vous pouvez également conserver vos bocaux vides pour en faire de nouveaux contenants pour des aliments en vrac, par exemple.

Attention, le verre culinaire ou les plats en verre ne sont pas recyclables. Ceux-ci peuvent donc être jetés avec les ordures ménagères.

Les médicaments périmés ou non utilisés

Les médicaments périmés ou non utilisés doivent être rapportés en pharmacie.
Ce simple geste évite de polluer la nature, les décharges ou encore les nappes d’eau phréatiques.

Ces médicaments sont ensuite collectés par l’association Cyclamed qui se charge de les incinérer. Et l’énergie récoltée de ce processus permet de produire de l’électricité !

Les déchets de cuisine : des déchets à éviter de jeter à la poubelle

Si les déchets de cuisine peuvent être jetés à la poubelle, il est néanmoins préférable de les composter.

Qui dit réduction des déchets, dit aussi diminution de la quantité à incinérer et donc moins de pollution. Et en même temps, plus d’engrais à votre disposition pour enrichir le sol de vos jardins ou la terre de vos plantes.

Que met-on dans le compost ?

Les restes de repas, les épluchures de fruits et légumes, les coquilles d’œuf, le marc de café et bien d’autres déchets vont dans le compost.

Si vous avez un jardin, vous pouvez l’équiper facilement d’un bac à compost.

Et si vous habitez en appartement, d’autres solutions s’offrent à vous comme les bacs collectifs en pied d’immeuble ou le lombricomposteur pour les intérieurs ou balcons.

Vous avez toutes les cartes en main, et surtout les solutions, pour adopter les bons gestes et éviter de jeter dans une poubelle de tri des produits qui n’ont pas leur place.

Poubelle jaune : quels déchets ?

Quels déchets dans la poubelle jaune ?

Le tri sélectif repose sur la mise à disposition de plusieurs poubelles de couleurs différentes : jaune, vert, bleu, noir ou gris. Chaque bac a vocation à recevoir un certain type de déchets. Ce tri à la source est une condition essentielle de l’efficacité de la chaîne de recyclage. Toutefois, il n’est pas toujours facile pour les usagers particuliers ou professionnels d’identifier ce qui va dans telle ou telle poubelle de tri sélectif. Dans cet article, nous vous proposons de faire un point complet pour savoir quels déchets mettre dans la poubelle jaune.

Tri sélectif : Ce qui va dans la poubelle jaune

Quand on parle de borne de tri sélectif jaune, il peut s’agir d’un bac entièrement jaune ou d’une poubelle dont le couvercle est jaune.

De manière générale, la poubelle jaune permet de collecter les déchets recyclables comme :

  • certains contenants en plastique ;

  • le carton ;

  • le papier ;

  • l’acier et le métal.

Les contenants en plastique

Le bac jaune a vocation à recueillir les bidons, flacons et autres bouteilles en plastique.

Toutefois, cela dépend principalement du type de plastique dont il s’agit.

Vous pouvez mettre dans la poubelle jaune les plastiques suivants : PET (1), PEHD (2) et PP (5).

Ils correspondent principalement aux bouteilles d’eau, aux bouteilles d’huiles, aux bidons de lessives ou encore aux flacons de produits cosmétiques comme les flacons de shampoing ou encore les bouteilles de ketchup et de mayonnaise. Ce sont aussi ces plastiques qui permettent la fabrication des bouteilles de jus de fruits et de lait. Les pots de yaourt font également partie de cette catégorie.

Cependant, pour ce qui est des autres déchets en plastique, tout dépend des règles retenues par la collectivité dont vous dépendez. En effet, certaines mairies ont décidé d’appliquer le tri sélectif simplifié. Cela permet de jeter tous les déchets plastiques dans la poubelle jaune sans distinction. Il est donc nécessaire de vous rapprocher de la mairie pour connaître les bonnes pratiques en la matière.

Le carton

Les emballages, suremballage et les briques en carton doivent être jetés dans le bac jaune de tri sélectif.

Cela concerne notamment :

  • les briques de laits ;

  • les paquets de céréales ;

  • les colis en carton ;

  • les emballages carton présents sur les yaourts ;

  • les briques alimentaires ;

  • les paquets de pâtes et de riz en carton.

Les contenants en carton doivent être vides pour pouvoir aller dans la poubelle jaune. Toutefois, il n’est pas nécessaire de les rincer.

Attention, s’il est possible de les plier pour les faire rentrer plus facilement dans la borne de tri sélectif jaune, il ne faut surtout pas les imbriquer les uns dans les autres. Cela nuit à leur bon traitement en termes de recyclage par la suite.

Le papier

Les déchets papiers peuvent également être mis dans le bac jaune. Il peut s’agir de journaux, de publicité, de magazines ou bien de courriers non adressés.

Il est également possible d’y jeter les enveloppes.

Par contre, si les magazines sont emballés dans un plastique, il convient de l’enlever avant de placer le papier dans la poubelle jaune.

Bon à savoir : Si dans le cadre du tri sélectif, vous disposez d’une poubelle bleue, les déchets papiers doivent aller dans ce bac, et non dans la poubelle jaune.

Les contenants en acier ou en métal

La dernière catégorie de déchets pouvant être jetés dans la poubelle jaune est celle des contenants en acier ou en métal.

Par exemple, les boîtes de conserve, les barquettes en aluminium, les cannettes de soda, les bouteilles de sirop, ainsi que les aérosols.

Poubelle jaune : Quels symboles de tri ?

Certains logos sont apposés sur les emballages pour vous aider à identifier les contenants recyclables, c’est-à-dire ceux pouvant aller dans la poubelle jaune.

Il s’agit principalement des logos suivants :

  • la canette qui signifie qu’il s’agit d’acier recyclable ;

  • la mention “alu” avec deux flèches circulaires autour ;

  • Treta Pak sur les briques alimentaires ;

  • les triangles avec le type de plastiques.

Il existe un autre pictogramme qui peut soulever une question. Il s’agit du point vert. Contrairement à ce que l’on peut penser, il ne signifie pas que le contenant est recyclable. Il indique seulement que l’entreprise qui commercialise le produit participe au financement d’éco-organismes.

Ce qu’il ne faut pas mettre dans le bac jaune !

Maintenant que vous savez quels déchets vont dans la poubelle jaune, voici quelques exemples de déchets à ne pas y placer :

  • les emballages souillés ou contenant des restes alimentaires ;

  • les films et les sacs plastiques ;

  • la céramique, la vaisselle et la porcelaine ;

  • les petits emballages plastiques ou en polystyrène ;

  • les ampoules ;

  • les couches bébé ;

  • le papier essouie-tout ;

  • les boîtes de fromage en bois et autres cagettes ;

  • les papiers découpés en tout petits morceaux ;

  • le papier cadeau plastifié ;

  • etc.

Vous êtes désormais incollables pour répondre à la question : Quels déchets dans la poubelle jaune ? Et si jamais un doute subsiste, il est préférable de jeter le déchet dans la poubelle noir ou grise du tout-venant.

Tri sélectif : les avantages

À quoi sert le Tri Sélectif ? 5 avantages

Le tri sélectif que ce soit à la maison ou en entreprise est un geste essentiel. Pourtant, nous n’avons pas toujours conscience des importants avantages que revêt le tri sélectif que ce soit d’un point de vue environnemental, social ou encore économique. Alors si vous vous demandez à quoi sert le tri sélectif, voici toutes les explications.

Le tri sélectif : Définition

Le tri sélectif est une pratique qui consiste à trier les déchets à la source, c’est-à-dire au moment où ils sont jetés.

Les déchets sont regroupés dans des poubelles de tri sélectif différentes en fonction de leur nature. C’est pourquoi, en entreprise, on retrouve généralement un bac pour :

  • le verre ;

  • le papier et le carton ;

  • le plastique notamment pour les gobelets ;

  • les déchets spéciaux comme les cartouches d’encre ;

  • les autres déchets comme les aliments.

Pourquoi faut-il trier les déchets ? 5 bonnes raisons

Il est tout à fait légitime de se demander pourquoi l’État et les collectivités insistent autant pour que le tri sélectif devienne un réflexe. Nous vous proposons de découvrir cinq raisons qui justifient le recours au tri sélectif des déchets y compris en entreprise.

1 – Sans tri, pas de recyclage !

Le tri est la condition préalable et incontournable pour pouvoir recycler les déchets qui le peuvent. Ces derniers doivent être isolés dès le départ pour pouvoir être orientés correctement dans le parcours de traitement des déchets.

Or, si tous les déchets arrivaient au même endroit sans être triés à la source, il serait absolument impossible de réaliser ce tri après la collecte des déchets.

Un geste qui peut sembler anodin quand on est chez soi ou au bureau, a en réalité de nombreuses répercussions sur toute la chaîne de valorisation des déchets.

2 – Éviter le gaspillage et préserver les ressources naturelles

Les déchets pouvant être recyclés sont de nouvelles matières premières.

Ainsi, les déchets triés ne sont pas jetés en vain. Ils servent à fabriquer de nouveaux objets. De plus, cela évite d’avoir à prélever de nouvelles ressources naturelles pour la production de ces objets.

Le tri sélectif permet de lutter contre le gaspillage des ressources naturelles.

3 – Limiter la pollution

Qui dit nouvelle production dit pollution. L’eau, les sols ou encore l’air sont affectés à chaque fois que l’on extrait des matières naturelles et qu’on les transporte à leur lieu de transformation.

Recycler, et par conséquent procéder au tri sélectif permet de réduire ce type de pollution en capitalisant sur l’existant.

4 – Créer des emplois en France

Selon l’Ademe, en 2020, le traitement des déchets assure 111 650 emplois en France.

Cela correspond donc à un vivier d’emplois très important.

Toutefois, cela n’est pas vraiment étonnant quand on sait qu’il faut cinq personnes pour réaliser les opérations de recyclage, alors qu’une seule personne est nécessaire pour gérer l’élimination des déchets.

La filière du recyclage est porteuse d’emplois.

5 – Le tri sélectif est une obligation pour les entreprises

Enfin, si vous n’êtes pas encore tout à fait convaincu de la nécessité de pratiquer le tri sélectif, sachez qu’il s’agit d’une obligation en entreprise.

Depuis la loi de 2016, dite loi des 5 flux, les entreprises se sont vues strictement imposer le tri sélectif des déchets dans des bacs de tri. Ainsi, elles doivent participer à la valorisation de cinq types de déchets :

  • le papier et le carton ;

  • le métal ;

  • le plastique ;

  • le verre ;

  • le bois.

Vous connaissez maintenant toutes les réponses à la question : A quoi sert le tri sélectif ? Le tri sélectif peut demander un certain effort lors de sa mise en place, mais il devient rapidement un réflexe à la maison comme au travail. Il existe d’ailleurs de nombreuses astuces pour sensibiliser ses équipes au tri sélectif.